La guerre en Ukraine : agenda pour la gauche

La situation sur le front militaire est sombre. Malgré certains succès tactiques, les grands espoirs de la contre-offensive n’ont pas été comblés. Au contraire, Valerii Zaluzhnyi, le commandant en chef ukrainien, a ouvertement reconnu une impasse. Les sondages nationaux indiquent un épuisement naissant. La communauté internationale se désintéresse de la situation, les programmes d’aide sont bloqués, les transports routiers sont bloqués. L’hiver est là, tout comme les frappes de missiles russes sur les infrastructures énergétiques.

Sur le plan politique, la situation n’est pas meilleure non plus. La gauche ukrainienne, qui ressemble plus à une constellation d’ONG, de groupes d’activistes et de dirigeants syndicaux locaux qu’à un mouvement cohérent, est effectivement mise à l’écart et marginalisée. L’éventail de l’opinion dominante ressemble à un étrange mélange de chauvinisme linguistique et de néolibéralisme effréné. L’effet de ralliement autour du drapeau diminue mais persiste : le président, l’armée et les volontaires jouissent du plus haut niveau de confiance. La plus forte majorité de la population ukrainienne ne veut pas d’élections en invoquant leur coût, les contraintes de la loi martiale, le manque de sécurité et l’impossibilité pour une partie significative des Ukrainiens de voter.

Pour qui ou pour quoi se battre alors ?

Il serait naïf, bien sûr, d’exiger une solidarité sans réserve de la part de la gauche internationale. Il y a tant d’injustices dans le monde, et il n’est pas toujours très attrayant de se ranger aux côtés de l’Ukraine. Après tout, il n’est pas nécessaire de creuser profondément pour trouver des fonctionnaires qui instrumentalisent la peur et orientent la haine ou des lobbyistes d’entreprise qui rêvent de détruire tout ce qui est social. De même, il est facile de désigner les aspirants néo-féodaux désireux de maintenir les frontières fermées pour que leurs serfs ne s’échappent pas ou les xénophobes de la classe moyenne appelant à priver de leurs droits les résidents des territoires occupés. De manière véritablement orwellienne, le président Zelenskyi a lui-même soutenu sans équivoque la puissance occupante d’Israël, comme s’il oubliait que son propre pays souffre des revendications pseudo-historiques de son voisin.

Inutile de dire qu’aucune solidarité n’est attendue avec de tels personnages. Mais il faut garder à l’esprit que de nombreux destins contrastés sont aujourd’hui enchevêtrés. La gauche doit agir pour les travailleurEs ! Les agriculteurEs de Kherson qui labourent le sol chargé de mines. Les conducteurEs de train de Kiev qui livrent des fournitures vitales dans des trains délabrés. Les infirmierEs sous-payés de Lviv qui s’occupent des malades et des blessés. Les mineurEs russophones de Kryvyi Rih qui se battent pour protéger leur ville natale. Les ouvrierEs du bâtiment de Mykolaiv qui déblaient les décombres dangereux pour reconstruire, mais qui luttent pour nourrir leurs familles. Soutenez-les, la majorité invisible, dont la voix est rarement entendue mais qui n’a nulle part où aller. L’establishment, au contraire, doit être surveillé de près.

Comment soutenir ?

De nombreuses initiatives ont déjà vu le jour, chacune étant un exemple de ce qui est possible. Les efforts de sensibilisation internationale du Réseau européen de solidarité avec l’Ukraine (RESU), le soutien résolu de la Gauche verte nordique, la voix unie des syndicats danois, les tournées de conférences des dirigeants syndicaux ukrainiens, le renforcement des capacités de Sotsialnyi Rukh, l’organisation syndicaliste des travailleurEs ukrainienNEs à Stockholm, sont autant d’exemples de ce qu’il est possible de faire. Le champ d’action potentiel est vaste, mais certains points reviennent régulièrement dans les discussions.

Faites entendre votre voix sur la manière dont l’argent de vos impôts est dépensé ! La dépendance de l’Ukraine à l’égard de l’aide extérieure n’est un secret pour personne. Personne ne souhaite que ses impôts finissent sur le compte bancaire de quelqu’un en Suisse plutôt que de servir ceux qui sont dans le besoin. Il est donc logique de faire pression pour inclure des clauses sociales dans les conditions d’aide et les marchés publics ou de dénoncer les pratiques déloyales dans les cas où elles existent. L’aide à la reconstruction devrait aller de pair avec des emplois verts, un salaire de subsistance, une surveillance syndicale, une responsabilité des entrepreneurs, un emploi protégé et un environnement de travail sain et sûr !

Appel à l’allègement de la dette ! La dette extérieure de l’Ukraine dépasse les 93 milliards de dollars. Au fil des ans, l’emprunt a été un moyen facile pour les gouvernements d’éviter de remettre en cause le statu quo et de s’immiscer dans les affaires des oligarques. La plupart des prêts récents sont déjà assortis d’exigences plus strictes visant à contrer la mainmise de l’État, et les choses sont en train de changer. Mais le montant de la dette en suspens sert déjà de prétexte pour justifier l’austérité. De plus, elle reproduit la dépendance, dans la mesure où la reconstruction est financée par de nouveaux prêts. Ce que l’on gagne est consacré au remboursement. On peut se demander s’il est juste que les habitants des régions dévastées paient pour les décisions politiques erronées de la classe dirigeante. Cependant, il est encore plus important de se rappeler la principale leçon tirée du succès du plan Marshall : les pays déchirés par la guerre ont besoin de dons, pas de prêts.

N’ignorez pas les problèmes de démocratie et de droits de l’homme ! Au début de l’invasion, des citoyens de tous les milieux sociaux ont fait la queue devant les centres de recrutement. Près de deux ans plus tard, ce n’est plus le cas. Le premier outil de recrutement militaire est la mobilisation avec tous ses inconvénients. Mais pour que les gens risquent leur vie, il faut qu’ils soient sûrs que c’est juste et qu’eux ou leur famille seront pris en charge en cas de malheur. Il faut leur offrir la possibilité de participer à la définition de l’avenir du pays. Mais pourquoi le gouvernement s’en soucierait-il s’il existe une solution de facilité ? Sous prétexte de devoir de défense, les rafles en masse dans les rues ou les transports publics continueront à proliférer si l’on n’y prête pas attention.

Il en va de même pour résoudre un défi démographique après la guerre ou réintégrer le Donbass et la Crimée. Ce n’est pas en fermant les frontières, ni en intensifiant la propagande, mais en offrant des salaires décents, des logements abordables et une sécurité sociale que l’on peut convaincre les gens de rester ou de revenir. Ce ne sont pas les moralisateurs arrogants, les tests de confiance ou les camps de rééducation, mais le respect mutuel, la reconnaissance de la dignité humaine et le partage des responsabilités en matière de reconstruction qui pourraient permettre la réconciliation.

Soutenez les syndicats ! Ce sont les seules organisations de masse établies qui existent spécifiquement pour les salariéEs. Même s’ils ne sont pas les plus militants, mais trop bureaucratiques et impuissants, voire seulement semi-vivants, il n’y a rien d’autre. La reconnaissance institutionnelle du rôle particulier des syndicats dans le développement de l’après-guerre pourrait les revitaliser et encourager une dynamique syndicale. Elle permettrait également de créer un agent crédible pour lutter contre la corruption et le dumping social. Il est évident que certains syndicats seront immédiatement récupérés par des opportunistes. Mais c’est aussi la raison pour laquelle il faut tenir compte de la démocratie interne et de l’autonomie de leurs sections locales ou de l’espace pour une activité syndicale indépendante.

Accepter d’être en désaccord ! Certaines choses auxquelles les UkrainienNEs croient peuvent vous sembler erronées ou irrationnelles. Vous pourriez avoir raison, mais les mêmes concepts peuvent avoir des significations différentes. Dans l’histoire moderne, l’Ukraine n’a connu que des périodes de paix. Son droit à l’existence est ouvertement remis en question. Les UkrainienNEs sont depuis longtemps déçus par leurs dirigeants et n’ont souvent pas d’autre moyen de pression sur eux que de se soulever de temps à autre. Il n’est donc pas étonnant qu’il y ait une plus grande confiance dans l’engagement international. Choisissez vos batailles et concentrez-vous sur ce que nous avons en commun !

Créez des liens : de personne à personne, de ville à ville, d’association à association ! Les mouvements populaires du monde entier ont accumulé une énorme expérience politique que vous pouvez partager. Les récits traditionnels de la gauche sont discrédités dans la société ukrainienne en raison de leur utilisation abusive. Ainsi, les personnes avec lesquelles vous vous connectez peuvent ne pas être politiquement éduquées, mais c’est là que la praxis compte le plus – tendre la main pour lutter ensemble avec le maire d’une petite ville qui se soucie de ses citoyens, un dirigeant syndical local qui est frustré par l’indifférence et l’impuissance, ou un immigrant récent qui s’est fait escroquer son salaire. L’engagement de ceux qui sont déjà ici sera particulièrement pertinent pendant des années et peut faire la différence. Qu’ils restent ou qu’ils reviennent, ils seront dotés de cette nouvelle expérience.

Des points aussi simples n’ont peut-être rien de révolutionnaire. Ce qui importe, cependant, c’est que de nombreux petits pas peuvent conduire à un changement progressif en créant les conditions nécessaires et en créant un espace pour le programme progressiste. Mais pour faciliter cela, la gauche a besoin de crédibilité et de confiance, ce qui serait virtuellement impossible pour ceux qui sapent l’approvisionnement en armes.

Il ne fait aucun doute que la gauche ne doit pas se contenter d’envoyer des armes, mais c’est un minimum que de ne pas y être opposé. Le droit de se défendre n’a pas de sens sans les moyens de combattre. Refuser la fourniture d’armes, c’est menacer la survie de l’Ukraine en tant que pays. N’oubliez pas que la disponibilité des armes n’est pas la même chose que leur utilisation. Même si la guerre se termine à la table des négociations, le fait de disposer d’armes ne mettra pas l’Ukraine à la merci de la Russie, et l’Ukraine ne sera pas non plus sans défense si Poutine décide de violer la trêve.

Se battre jusqu’à la victoire ? 

L’impasse

En l’état actuel de la situation, il n’y a pas de conditions préalables à une résolution rapide. L’armée russe ne contrôle pleinement aucune des régions qu’elle a occupées, à l’exception de la Crimée. Cependant, toutes sont désormais mentionnées dans la Constitution russe comme faisant partie inaliénable de la Russie. L’Ukraine est également liée par sa Constitution. Reculer et plier risque de provoquer de graves troubles internes dont seule la droite tirerait profit. Ensuite, si aucune force ne peut l’emporter, le risque existe de glisser vers un conflit prolongé de faible intensité. Cela signifie essentiellement encore plus de destruction et moins d’espoir d’une éventuelle renaissance. La meilleure discussion à avoir dans ce cas serait de sécuriser les vies civiles, d’intégrer les réfugiés et de réduire les conséquences pour le monde en établissant, par exemple, des zones démilitarisées de l’ONU autour des centrales nucléaires.

La défaite de la Russie

La meilleure garantie de la paix future est la Russie démocratique. Si l’impérialisme russe est indubitablement plus faible que ses rivaux, le fait de contester l’hégémonie américaine ne le rend ni plus progressiste en soi, ni un moindre mal pour ceux qui vivent à côté. Même avant que la Russie ne se tourne vers l’expansionnisme, la vie en Ukraine était marquée par son ingérence constante dans la vie politique et économique, sa lutte pour la domination culturelle et la projection de sa puissance militaire, notamment par le biais de ses bases militaires en Crimée.

L’espoir a toujours été que le fait de forcer la Russie à se retirer catalyserait un changement à l’intérieur du pays. C’est pourquoi l’Ukraine continue de se battre. Mais cela a un coût. Tout d’abord, le nombre non déclaré mais horrible de morts et de blessés. La question est de savoir combien de temps encore la société ukrainienne peut se permettre un tel sacrifice et quelles en seront les conséquences. Dans cette lutte, le soutien consiste à augmenter les coûts pour la Russie, afin qu’elle plie plus tôt, et à les réduire pour l’Ukraine, afin qu’elle survive. C’est pourquoi les gauches ukrainienne et russe ont demandé des sanctions plus strictes, l’arrêt total des importations de pétrole et de gaz et la fourniture rapide d’armes modernes.

Trêve

Les parties pourraient décider d’étudier la possibilité d’un armistice. Mais nous devons garder à l’esprit que l’Ukraine est un État plus petit et plus faible, dévasté par cette guerre et confronté à de graves problèmes démographiques. La plus grande crainte d’un cessez-le-feu est de se retrouver oublié et seul. Rien n’empêcherait alors la Russie de lancer une nouvelle attaque lorsqu’elle sera mieux préparée. Pour avoir la moindre chance de résister, l’Ukraine devrait se transformer en camp militaire et pourtant vivre dans un état d’insécurité permanent. C’est précisément le motif le plus important du soutien massif à l’adhésion à l’OTAN, en tant que moyen de dissuasion et de garantie de la paix. La seule alternative possible serait un accord contraignant ayant un effet similaire. Plus que jamais, votre voix et votre soutien crédibles seraient nécessaires pour y parvenir.

Espérer le meilleur, se préparer au pire

En fin de compte, la solidarité avec l’Ukraine ne doit pas être un signe de vertu. C’est une réponse rationnelle. Si la légitimité des « sphères d’influence » est reconnue, quel autre choix les petits États auraient-ils que de rejoindre l’un des blocs ? Si les puissances nucléaires peuvent dicter leur volonté, qui choisira alors le désarmement ? Si la dépendance aux combustibles fossiles permet à des autocrates enhardis de faire chanter le monde, que reste-t-il de la démocratie ? Si l’Ukraine tombe, qu’est-ce qui empêcherait les employeurs criminels et les réseaux mafieux de votre pays de profiter de millions de personnes traumatisées et dépossédées ?

En fin de compte, si le pire se produit, ce sera un clou de plus dans le cercueil de la paix mondiale, contribuant à l’instabilité croissante. Dans le nouveau monde des petits impérialismes concurrents, qui marque la décadence de l’empire américain, nous devrons nous préparer à des temps plus sombres et créer les conditions d’une éventuelle renaissance. Le moins que nous puissions faire alors est de maintenir des liens et de ne pas nous considérer comme des ennemis, même si nous finissons par nous retrouver dans des camps concurrents. Suivons le conseil de Joe Hill et ne perdons pas de temps à nous lamenter. Organisons-nous !

Oleksandr Kyselov, le 21 décembre 2023, 

traduction DEEPL revue CS, version originale dans la revue Commons